Qu’est-ce qu’un réseau ? Définition par Gisèle Szczyglak et Denise Christmann

Salut Papa,

Le 8 mars dernier, à l’occasion de la Journée des droits des femmes, j’étais à Disneyland Paris pour animer des ateliers sur la valorisation de son image sur les réseaux sociaux à destination des salariées du parc et du siège. Il y avait beaucoup de monde dans le public, et parmi les intervenantes en plénière, Gisèle Szczyglak, co-auteure du livre « Femmes Osez (enfin) votre valeur !« , du « Guide pratique du mentoring : misez sur l’intelligence collective » et créatrice de l’« International Mentoring Center« , accompagnée de son acolyte Denise Christmann. Elles étaient venues parler de l’importance de tisser son réseau, réel et virtuel, pour se sentir en confiance et oser se lancer dans un nouveau job, une nouvelle mission, ou tout simplement pour négocier une augmentation.

mentoring_ok

Se sentir en confiance et se lancer dans des projets

Leur intervention m’a particulièrement parlé car moi-même, je me souviens de ce sentiment de confiance (re)découvert chez Prisma Média, à l’occasion d’une formation management suivie et partagée avec d’autres responsables d’équipe de mon niveau hiérarchique. Au-delà de ce que l’on apprenait concrètement, ce qui a surtout compté était que nous nous sommes sentis moins seuls pour gérer les situations parfois compliquées auxquelles on était confrontés au quotidien.

On savait qu’on pouvait désormais s’appeler, déjeuner ou prendre un café ensemble pour en parler et partager nos questionnements et témoignages. Ça paraît tout bête quand on travaille dans une entreprise à taille humaine mais dans ces grandes structures où des milliers de personnes se côtoient jour après jour à la cantine, dans les couloirs, à la cafet, on est vite toujours avec les mêmes personnes et il est rare de se mélanger entre services. Et puis il y a aussi la question du regard : « que vont penser les autres / mon boss / mon équipe si je me pose telle ou telle question alors que ça a l’air si évident pour d’autres managers ? » … Alors qu’on s’aperçoit, quand les langues se délient, que ces questions sont partagées. Tout comme la solitude ressentie.

sad-office

Bien souvent, les auteurs qui s’inspirent de l’« approche réseau » dans les entreprises insistent sur la flexibilité induite par le fonctionnement non hiérarchisé et non centralisé. Mais ce qui est assez paradoxal, alors que le réseau est par définition social, c’est que cette organisation favorise les relations plus « interindividuelles », que réellement collectives. Les avantages : rapidité d’action et souplesse. L’inconvénient : peu ou plus de dynamique collective. Ça me rappelle étrangement les espoirs et les craintes exprimées par les journalistes interrogés il y a 15 ans dans le cadre de mon mémoire de maîtrise d’Infocom à Nanterre (« le journal Le Monde et le multimédia de 1999 à 2001« ) : les plus enthousiastes parlaient déjà de cette souplesse, rapidité, fluidité, quand les plus sceptiques craignaient la mise en danger de leur ligne éditoriale : le terreau de la dynamique collective dans un média.

Mais au fait, qu’est-ce qu’un réseau ?

Une partie de l’intervention de Gisèle Szczyglak et Denise Christmann m’a particulièrement intéressée : c’est le moment où elles sont revenues sur l’étymologie du mot réseau. En effet, dans mon métier et globalement dans les métiers du marketing et de la communication, on parle sans arrêt de réseau social, réseau virtuel, réseau réel, « faire du réseau« , « réseauter« , « networker« . Au départ, ce mot renvoie au latin rétis, c’est-à-dire au filet type filet de pêche, ou encore à un « ouvrage formé d’un entrelacement de fils ». C’est drôle, c’est exactement le symbole que j’avais choisi pour cette photo d’équipe au Journal des Femmes il y a environ 5 ans pour décrire mon activité réseaux sociaux. Je voyais dans cet entrelacement de fils la création de liens, le maillage entre les différentes personnes pour arriver à un objectif commun, en l’occurrence l’enrichissement du site à la fois par les journalistes et les internautes. Et puis il y avait cet aspect ludique, parce que sur les réseaux sociaux, on l’oublie souvent quand on travaille avec cet outil, mais les utilisateurs sont avant tout là pour se divertir.

jdf

Un filet, d’accord, mais pour attraper quoi ?

Cela fait près de 15 ans que je travaille sur le sujet et je n’ai toujours pas vraiment la réponse, à vrai dire. Ou plutôt, j’ai plusieurs réponses. Créer des liens dans une communauté et la développer sert tantôt à créer du trafic vers un autre site web, tantôt à fidéliser des internautes déjà acquis à la cause, tantôt à en séduire de nouveaux, ou encore à les attirer sur un événement IRL (« in real life » comme on dit dans mon bullshit job). Mon premier travail avec mes clients est d’ailleurs souvent de les aider à cerner leurs objectifs sur les réseaux sociaux, avant même de les conseiller sur ce qu’ils ont à y dire. Un peu comme si chacun avait droit à un filet « gratuit » (en apparence) et qu’il fallait absolument l’utiliser, le rendre beau, bien tissé, avec un tisseur-pêcheur sympa et drôle (le community manager). Mais sans savoir réellement quoi attraper.

giphy

D’autant que si on file la métaphore du filet de pêche, on pourrait dire que les fournisseurs de filets (Facebook en pole position) fixent eux-même les règles du jeu pour apprendre à s’en servir et les changent régulièrement sans crier gare. Un beau filet bien tissé peut soudain se détendre et ne plus servir à grand chose. Il faut alors le retravailler, autrement, et réapprendre à pêcher. Ou alors payer le fournisseur pour qu’il le raccommode, voire qu’il le lance lui-même en pleine mer, au bon endroit et au bon moment. Ça s’appelle les posts sponsorisés ou la publicité. Tu me suis ?

Et si créer des liens permettait justement de sortir du filet ?

Plus j’avance sur ce chemin des réseaux, et plus je m’aperçois que ce qui m’anime profondément, c’est avant tout de créer des liens pour monter des projets concrets, artisanaux, voire manuels : j’aime pouvoir toucher le résultat de mes actions et rencontrer vraiment les personnes approchées sur les réseaux, autour d’un café, une réunion ou une balade photographique. Dans ces cas-là, et dans ces cas-là seulement, ce qui se passe sur mes écrans me paraît tellement réel. Et le collectif, tellement puissant.

Allez, salut Papa, je te laisse, je dois aller boire l’apéro avec mes copains encordés !

Crédit photo de couverture @Julhiet Sterwe

Publicités

2 commentaires Ajouter un commentaire

  1. cotontige dit :

    Certes, les réseaux existent depuis bien longtemps: les corporations au Moyen-Age, les Compagnons du Devoir, les Francs-Maçons, les anciens de HEC ou de Polytechnique etc mais on le voit, ils étaient réservés à une certaine élite et souvent apparentés à des sociétés secrètes avec un côté un peu trouble alimentant les rumeurs et les phantasmes…
    Si ces réseaux existent bien encore, la nouveauté vient des moyens mis, de nos jours à la disposition de tout un chacun et que l’on appelle « réseaux sociaux ».
    Dans le domaine professionnel, je l’ai bien compris, ils permettent des rencontres concrètes ou virtuelles entre pairs venant d’horizons divers afin d’échanger des expériences et ainsi permettre d’acquérir une plus grande confiance en soi et une formation personnelle plus solide.
    C’est bien utile aujourd’hui dans un contexte si individualiste.

    Dans le domaine de tes activités, ils permettent de relier plus facilement des talents qui, avec les conditions de vie actuelles, peuvent être éloignés géographiquement et ne se seraient jamais rencontrés sans eux. Tu peux ainsi constituer des équipes à seule fin de réaliser des projets, commerciaux ou pas, qui nécessitent des talents variés.
    Tu peux aussi, apprendre à d’autres, le moyen de se servir des outils d’aujourd’hui pour leurs propres projets.
    Je te connais et je ne suis pas surpris que tu privilégies les contacts réels!
    J’ai bien compris?
    Vu comme cela, ça me plaît.
    Ce qui me chagrine, tu le sais bien, et tu n’y peux rien, c’est que ces outils sont dans les mains de goinfres qui manipulent tout à leur plus grand profit exclusif en puisant dans les données qui ne leur appartiennent pas pour les revendre aux plus offrant et certainement pas les plus honnêtes… ( voir l’affaire Face Book aujourd’hui).
    Tu vas peut être me dire que c’est la part du feu.
    De toutes façons, comment faire autrement… et tu as tellement l’air de t’éclater, alors, Towanda!

    Aimé par 1 personne

  2. Tu as tout compris 🙂 Comme toi, je ne suis pas à l’aise avec le fait que ces goinfres jouent avec nos données et changent les règles du jeu quand ça leur chante… En attendant je garde mon cap de m’entourer grâce à ces outils de gens honnêtes et de talent pour créer des liens et des contenus qui ont du sens pour moi. Qui vivra verra !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s